UN TEMOIGNAGE SUR L HISTOIRE

Publié le par ERIC

LP 465

Le Témoin. MICHAUX Agnès

Paris. Edition J’ai Lu. 246 p.

Présentation de l’éditeur :

« Depuis l’abdication du tsar, leurs poumons respiraient, leurs cœurs battaient, mais la vie était suspendue. Force ou faiblesse, espoir ou tristesse, tout était inutile. Tout était pétrifié »

1917. Renversés par la révolution, les derniers des Romanov n’ont plus rien à quoi se raccrocher, sinon à la nostalgie des jours heureux du passé et à l’amour qui les lie. Nicolas II, sa femme, leurs quatres filles et le jeune tsarévitch sont conduits par les bolcheviques en Sibérie, où va s’achever tragiquement leur destin. Ivan, leur garde, sera le témoin des ultimes moments, où se mèlent les bribes de ces existences brisées par le poids de l’histoire.

« Un roman aux allures de tragédie qui révèle avec sensualité et poésie l’intimité du couple impérial et de ses enfants, les réhabilitant, au-delà de toute considération politique, dans leur humanité. «  LIBERATION.

Agnès MICHAUX. Née en 1968, Agnès Michaux est écrivain et chroniqueuse au Fou du Roi sur France Inter. Elle est l’auteur de plusieurs essais et romans historiques, notamment Sissi, une vie retrouvée et Zelda. Le Témoin a reçu le prix Lauriers verts de la Forêt des Livres 2009.

Mon avis (Octobre 2010) :

Friand de roman historique, et fasciné par cette véritable saga de la famille ROMANOV, j’ai entamé ce roman, plein d’enthousiasme et de promesses. Pourtant, je ne peux masquer ma lourde déception. Pour commencer, je salue néanmoins le talent d’Agnès MICHAUX, dont le style, quelque peu déroutant au cours des premières pages, se laisse facilement apprivoise. L’Histoire se raconte ici par l’histoire de la déchéance de la famille…Du tsar aux cachots dorés, avec ces femmes, omniprésentes tant dans le récit que dans l’esprit du monarque déchu. L’histoire familiale raconte la grande Histoire, et les sentiments torturés (Mère – Fille ; Fille – Père ; Mari – Epouse, Sœurs, Sœurs,….) soulignent la tragédie russe, et le démantèlement d’un rêve.

Agnès MICHAUX se sert de ce cadre, pour nous raconter une belle histoire, certes, mais une histoire, qui si elle ne nous en apprend pas plus (ce n’est pas le but d’un roman que d’apprendre), aurait pu traité d’une des nombreuses familles russes, traqués par les bolcheviques.

Déçu donc, peut être parce que j’en attendais trop, et que je ne m’attendais pas à une approche aussi intimiste. Les personnages sont néanmoins très « travaillés », et il nous semble, en refermant ce livre, les connaître un peu mieux….

 

 

Publié dans Livres : Romans

Commenter cet article