UN ROMAN SUR UN...BADA

Publié le par ERIC

lp 483

Dix mille guitares. 2010. CLEMENT Catherinne

Paris. Editions du seuil. Points. 422 p.

(LP 483)

Présentation de l’éditeur :

En 1578, la dernière croisade s’achève au Maroc avec la disparition du roi portugais Sébastien le Désiré. Mort ou vif ? Son favori, réincarné en un rhinocéros de l’Inde, attend le retour de son maître. Lisbonne, Prague, Stockholm : dans l’Europe des tourmentes, l’animal conte son périple à travers les guerres de religion, les folies des Habsbourg, la passion de la reine Christine pour René Descartes.

Philosophe et romancière, Catherine Clément a écrit des essais sur la psychanalyse et l’anthropologie, ainsi qu’une vingtaine de romans, dont La Sultane, La Senora, Pour l’amour de l’Inde.

 

Mon avis ( Juin 2011) :

 

Les éditions du Seuil et le forum Partage Lecture m’ont permis de découvrir ce roman, Prix Historia du roman Historique pour 2010, et je dois bien avouer, que c’est l’impatience qui a marqué le début de ma lecture. Peu de romans relatent l’un des derniers monarques de la dynastie des Aviz, et le règne de Sébastien reste énigmatique, tant sa disparition déclencha les fantasmes et la naissance de bien des mythes.

Alors, certes, l’entrée dans le récit de Catherine Clément  reste difficile tant les pistes se multiplient, tant les approches se font à travers les yeux de personnages improbables – le bada, puis le bada réincarné dans sa corne taillé en coupe, agrémenté d’un bézoard - , tant le rythme de changement de lieux, de point de vue…Il faut, avouons-le, quelques chapitres pour s’accoutumer à cette narration.

Le rêve de Sébastien nous entraîne dans la vie rêvée de l’Infirme, dont l’existence toute entière semble être due à son maître. La folie de Rodolphe, cet Empereur, dont le célibat l’apparente à la Reine Christine…- le récit des relations liant le philosophe, René Descartes à cette reine de Suède est succulent -…Les guerres de religion s’opposent à l’Infirme, ramené à la vie par un Cheikh…

On suit donc cette corne à travers toute l’Europe, et on se plait, sans s’en rendre compte, à l’originalité du récit et à son rythme jamais ralenti. Catherine Clément a un style concis, sans fioritures. Détails et faits historiques s’entremêlent, et la riche documentation, dont se sert l’auteure, lui permet, ici et là, de glisser quelques suggestions toutes personnelles quand au déroulé des faits relatés.

Néanmoins, ce livre reste une surprise (heureuse), tant le sujet est maitrisé, et le récit palpitant de bout en bout, et en refermant ce roman, on regrette déjà de ne plus attendre le lendemain pour retrouver notre bada…

 

Publié dans Livres : Romans

Commenter cet article