Un roman sur les révoltés de Cordoue

Publié le par ERIC

LP 489

(Les) Révoltés de Cordoue. 2009. FALCONES, Idelfonso. Traduit par Anne Plantagenet (Titre original : La Mano De Fatima)

Paris. Robert Laffont. 2009. 876 p.

(LP 489)

Présentation de l’éditeur :

 

"En cette année 1568, tandis que l'Inquisition continue à soumettre de son talon de fer la vie politique, religieuse et culturelle des royaumes espagnols, dans les montagnes et les vallées des Alpujarras, au sud de la Péninsule, l'heure de la révolte a sonné. 

Écoeuré par les injustices, les expropriations et les humiliations, les musulmans se dressent contre l'oppresseur afin qu'on reconnaisse leurs droits civils et religieux. 
Parmi eux, Hernando, dit « le nazaréen », né d'une Mauresque violée par un prêtre, qui rêve d'unir sa vie à celle de l'incandescente Fatima, est entraîné dans un combat redoutable qu'il fera sien et qui le forgera. 


Après l'échec de l'insurrection, contraint de vivre avec sa famille une existence difficile, bravant le danger permanent, il va consacrer toutes ses forces et son intelligence à rendre à sa culture et à sa religion la dignité et le rôle qu'elles méritent. 
Dans cette saga riche en péripéties et rebondissements, Ildefonso Falcones, comme pour La Cathédrale de la mer, traite de thèmes dont l'écho se prolonge aujourd'hui encore : le droit à la différence, la tolérance religieuse et la dignité des peuples."

 

Mon avis (Septembre 2011) : Qu’on ne s’attende pas de ma part de juger de la véracité historique des faits de ce roman, ce gros roman (près de 900 pages), même si certains détails me laissent à penser, que l’interprétation historique est toute personnelle à l’auteur. Néanmoins, quelle réussite, que de nous narrer non pas une aventure mais une existence entière, et encore pas n’importe laquelle, mais celle d’un musulman chrétien (le raccourci est rapide, je l’admets). Hernando C’est le quotidien et les mœurs de l’époque, que l’on voit défiler , et non pas la saga d’un personnage haut en couleurs.

Oui, l’auteur s’est permis des raccourcis faciles , des situations plus qu’improbables . Oui, la traduction laisse parfois un gout amer, avec d’interminables phrases. Mais quand même, le résultat est là. Un livre, un roman d’une vie mouvementée, une vie à plusieurs facettes, dont on comprend l’importance de la précédente, lorsque commence la présente. Cette question qui tout au long du livre taraude : que choisir entre devoir et pouvoir ?

C’est un bon moment, et je vous le conseille si vous aimez vous plonger dans des mondes différents, et vous lâcher sans vous demander si tel ou tel point est vrai, ou tout du moins vérifiable.

A mon avis (et il n’engage que moi), l’érudition de l’auteur, certaine et éclatante, est ici utilisée au service de son récit et non l’inverse. Mais, après tout qu’importe puisque ce n’est qu’un roman…

 

Publié dans Livres : Romans

Commenter cet article