PATRIMOINE ET MUSEES, LA FRONTIERE RESTE MINCE

Publié le par ERIC

L 211

Patrimoine et Musées. L’institution de la culture. 2001.POULOT Dominique

Paris ; Hachette. Collection Carré Histoire. 224 p.

(L211)

Présentation de l’éditeur :

L'état des connaissances sur les grandes questions d'histoire.
Le XIXe siècle a forgé une conception nouvelle de l'art et de l'histoire ; celle-ci se substitue à l'esprit de curiosité et au goût du sublime qui guidaient, sous l'Ancien Régime, la lecture du passé. Partout en Europe, établissements spécialisés, lois et règlements concourent à éveiller un sentiment national, qui aboutit, à la veille de 1914, à confondre patrimoine et patrie. La notion de patrimoine élaborée au cours du XXe siècle fait des pratiques culturelles un mode d'éducation aux valeurs collectives.Guerres mondiales et affrontements sectaires révèlent combien détruire la culture de l'adversaire, notamment les traces de son passé, est un enjeu décisif. Des organisations internationales inédites entendent garantir une préservation élargie des œuvres et des héritages, parfois à l'encontre des intérêts d'un tourisme ou d'un marché de l'art globalisés. Aujourd'hui, derrière les rites largement partagés de la visite au musée ou de la fréquentation des monuments, l'impératif de conserver et de transmettre s'impose à chacun : au nom de principes savants et culturels désormais mondiaux mais, plus sûrement, pour s'approprier et faire reconnaître des " causes patrimoniales ", qui sont autant de foyers de sociabilité et de projets de développement local. L'auteur démontre comment le jeu des normes et des pratiques a dessiné au cours des trois derniers siècles les figures du vénérable, mobilisant à chaque fois des identités ou des traditions plus ou moins reconstruites.La reconnaissance immédiate et sensible que suscite la vue de " son " patrimoine est le fruit d'une longue histoire, celle de l'institution de la culture, entre mémoire et territoire.

Dominique Poulot, professeur à Paris I-Panthéon Sorbonne et à l'école du Louvre, se consacre à l'histoire de la culture et de ses institutions ; il a organisé diverses enquêtes collectives sur le patrimoine européen aujourd'hui.
Il a notamment publié Surveiller et s'instruire (Voltaire Foundation, 1996) ; Musée, Nation, Patrimoine (Gallimard, 1997) et Les Lumières (PUF, 2000).

 

 

 

Table des Matières :

 

I Naissance du musée.


1 - Des collections au musée.
2 - De la tradition antiquaire à l'archéologie nationale.
3 - L'invention patrimoniale de la Révolution.

 

II Le musée des nations et des peuples (XIXe siècle).


4 - Les musées au XIXe siècle.
5 - La France au XIXe siècle.
6 - L'invention du monument historique.

 

III Le patrimoine, nouvel enjeu.


7 - De la patrie-patrimoine à sa contestation (1914-1970).
8 - La modernisation des musées.
9 - Un nouveau patrimoine.

Mon avis (Juin 2011)

Si elle ne s’est imposée qu’à la suite d’un long processus – on remarquera, qu’il n’est pas terminé, tant les limites, les frontières de ce domaine restent mouvantes - , la notion de patrimoine est l’objet de la multiplication d’études de la part de scientifiques, et/ou d’historiens, mais aussi d’associations, engagées dans cette protection patrimoniale. Initiée par Les Lieux de Mémoire, l’aspect de cet héritage est ici dévoilé, avec les différentes théories en vigueur ; théories, pouvant s’expliquer par l’histoire même de l’émergence de ces notions, qu’il s’agisse de patrimoine ou de vandalisme.

Ce manuel universitaire, consacré  à la préparation (2002-2003) du Capes Agrégation, reste néanmoins, à mon avis, destiné à un plus large public, puisque nous sommes tous dépositaires de ce patrimoine, hérité du passé, et qu’il nous incombe de transmettre aux générations futures.

 

Publié dans Livres : Essais

Commenter cet article